La SWL propose d'inscrire le logement public dans le cadre des fonds européens pour la programmation 2014-2020


 
Directement, le logement public n’est pas éligible en tant que tel dans le cadre des fonds FEDER.  Toutefois, à l’instar de la France qui lors de la programmation précédente, a su saisir l’opportunité de mobiliser une partie de la programmation FEDER pour l’amélioration de la performance énergétique des logements sociaux, la Société Wallonne du Logement propose de s’inspirer de cet exemple et d’inscrire dans ce cadre des projets visant la rénovation et la revitalisation urbaine ; la sensibilisation à l’utilisation rationnelle de l’énergie ; la valorisation de l’environnement urbain via une réhabilitation durable et l’innovation ;l’accès à des logements mieux isolés, et donc moins énergivores ; ainsi que la réhabilitation de zones anciennement industrielles.  Ce financement viendrait ainsi compléter très opportunément d’autres financements tels que le programme PIVERT.  Pour rappel, celui-ci s’inscrit dans le cadre du Plan Marshall 2.vert (Alliance Emploi- Environnement) et vise la rénovation énergétique de 10.000 logements sociaux (425 millions d’euros).
 
 
Par ailleurs, en octobre 2011, la Commission européenne a présenté une proposition décrivant les priorités et les règles qui régiront le Fonds Social Européen (FSE) au cours de la prochaine période de programmation 2014-2020. Celles-ci ont pour rôle d’augmenter les possibilités d’emploi, de promouvoir l’éducation et la formation tout au long de la vie, de renforcer l’inclusion sociale, de contribuer à la lutte contre la pauvreté et d’aider les administrations publiques à mieux servir les citoyens et les demandeurs d’emploi. Ces aides contribueraient à fournir un soutien concret aux personnes qui ont besoin d’une aide pour trouver un travail ou pour évoluer dans leur emploi actuel.
 
Si le logement n’est pas inscrit directement dans le cadre de ces aides, il est de facto un élément-clef favorisant l’inclusion sociale.  L’amélioration de l’état des logements constitue en effet à la fois un levier de développement à la fois sur le plan du redéploiement économique et sur le plan de l’insertion socioprofessionnelle.  C’est dans cette logique que la SWL propose d’inscrire des projets visant l’implication des demandeurs d’emploi dans des projets de rénovation de quartiers, de nouvelles constructions de logements publics, notamment en lien avec des « emplois verts » afin de favoriser l’intégration des jeunes chômeurs et des personnes peu qualifiées ; le développement de partenariats avec des entreprises de Formation par le Travail, des organismes à finalité sociale comme les Régies des Quartiers, des Entreprises d’Economie Sociale partant de la préformation à la mise à l’emploi ; et l’insertion de clauses sociales dans les marchés publics.
 
Le logement social de qualité est un gage de plus-value à de nombreux égards.  Il favorise par exemple l’inclusion sociale du locataire.  Sur le plan économique, il est générateur d’emploi.  Il est aussi une réponse aux défis environnementaux.
 
En matière de logement, pour répondre à l’évolution démographique des prochaines décennies, les financements publics seuls, qu’ils soient régionaux ou locaux, ne suffiront pas.  Des solutions nouvelles doivent être trouvées.  Ce défi concerne l’ensemble de l’Europe.

 

Contact presse : Daniel POLLAIN, Porte-parole : 0473/71 39 56, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">
Alain ROSENOER,
Directeur général