Plan de rénovation pour 25.000 logements publics wallons :
    1,2 milliard d’euros d’investissements en quatre ans

     

    La Wallonie va investir 1,2 milliard d’euros (883 mios de subventions régionales), d’ici à 2024, pour renforcer la salubrité et améliorer la performance énergétique de 25.000 logements sociaux. Un investissement massif et direct dans le mieux-être social, la transition environnementale et la relance économique.

    En concertation avec le Ministre de tutelle, la SWL prépare une circulaire explicative, ainsi que les documents nécessaires, à destination des SLSP. Ces éléments seront disponibles dans les prochaines semaines pour les informer de la procédure à suivre.

    La déclaration de politique régionale prévoit la rénovation de 55.000 logements à l’horizon de 2030. En portant sur 25.000 logements, le plan présenté ce jeudi 18 juin a pour ambition d’atteindre 45 % de cet objectif dès la fin de la législature. Il sera financé à 75 % par la Région et à 25 % par les sociétés de logement de service public, sur la base d’un prêt à taux zéro contracté par la Région qui assume la charge d’intérêt.

    Image

    Renforcer la salubrité et améliorer la performance énergétique

    Un investissement moyen de 46.700 € par logement



    Sur les quelque 101.780 logements cadastrés gérés par 63 sociétés publiques wallonnes, 80 % ont été construits entre 1950 et 1990.

    Logements ciblés :

    • Logements sur lesquels les SLSP disposent d’un droit réel
    • Logements construits il y a plus de 10 ans
    • Logements dont le label PEB est inférieur à B (PEB C à G avec priorité sur les logements disposant d’un label F ou G, soit +/- 1/3 du parc locatif)
    • Logements n’ayant pas faits l’objet de rénovation importante durant ces 10 dernières années (Pivert 1 et 2 et PWI axe 2)

    -> Potentiel total de logements ciblés  : 74.005 dont 33.000 dont le label PEB est inférieur ou égal à F.

    Image

    Participer à la transition environnementale

    88 % du parc public non rénové présente aujourd’hui un label entre C et G (dont 39 % entre F et G) → objectif : atteindre au moins le label B à l’horizon 2030 pour tous les logements publics

    L’essentiel des investissements portera sur des travaux économiseurs d’énergie, par essence bénéfiques au climat.  Les travaux s’inscriront dans le cadre d’une réflexion sur la durabilité des matériaux et des techniques.

    • Mettre ces logements aux normes de salubrité-sécurité
    • Améliorer les performances énergétiques (en ce compris les communs et abords directs du domaine privé) des logements

    o    Faibles besoins en chaleur du logement

    o    Bonne performance des installations de chauffage

    o    Bonne performances des installations d’eau chaude sanitaire

    o    Système de ventilation complet

    Image

    Garantir un mieux-être social

    +/- 340 € par logement (dont 300 €/log pour la SLSP) pour assurer l’accompagnement du ménage dont le logement fera l’objet d’une rénovation lourde

    • Accompagnement du locataire tout au long du processus de rénovation de son logement
    • Actions visant à favoriser la participation des locataires au processus de rénovation de leur logement
    Image

    Contribuer à la relance économique

    1,2 milliard d’€ investis dans la rénovation du parc locatif social, c’est 6.000 emplois directs/an assurés dans la construction


    Le logement public est un acteur économique puissant.  Rappelons qu’il génère plus de 3.000 emplois directs dans le secteur (SWL + SLSP).

    En plus des emplois qu’il engendre annuellement dans le secteur de la construction et de la rénovation, le Plan de rénovation boostera ce secteur pour une dizaine d’années au moins.  Les investissements seront de l’ordre de 225 millions d’€ par an, de 2021 à 2024, ce qui assure la prévisibilité demandée par les entreprises et étale les travaux dans le temps afin de permettre aux entreprises de répondre à la demande et ne pas saturer le marché, avec les hausses de prix que cela engendre.

    Comment seront déterminés les logements à rénover ?

    Grâce à l’outil cadastre du logement développé par la SWL, les logements éligibles seront identifiés.

    Les SLSP bénéficieront d’un droit de tirage

    L’objectif est d’avancer rapidement dans des dossiers qui, par nature, prennent du temps. Tout sera donc fait pour réduire au maximum la durée des procédures, via leur dématérialisation, une collaboration renforcée entre les acteurs du processus immobilier et un recours aux centrales d’achat qui, pour les sociétés, sont synonymes de gain de temps, de diminution des risques juridiques et d’économies d’échelle.

    Chaque SLSP recevra ainsi une part de l’enveloppe selon les besoins éligibles, soit une rénovation profonde pour mettre aux normes de salubrité-sécurité et améliorer les performances énergétiques, couplée à de l’accompagnement social.

    La SWL assistera les SLSP dans l’accomplissement de leur plan de rénovation et contrôlera chaque étape importante

    • Accompagner et conseiller les SLSP dès l’élaboration des plans d’investissement et jusqu’à leur clôture
    • Contrôler les opérations (dossier de mise en concurrence des travaux, attribution des marchés, modifications en cours de travaux, réception provisoire et définitive)
    • Analyser et approuver les adaptations des plans en cours d’exécution du plan
    • Assurer la transmission des informations entre les SLSP, les Comités de suivi et Cabinet de tutelle
    • Rapportage annuel et final

    Les opérations seront suivies par :

    a.    Un Comité de Coordination technique

    o Rôle d’organisme intermédiaire dans la transmission d’informations entre le Ministre de tutelle, le Gouvernement wallon et les opérateurs

    o Rôle de suivi rapproché au niveau technique et administratif projet par projet

    Composition: cabinet du Ministre de tutelle, cabinet du Ministre-Président du Gouvernement wallon, cabinet du Ministre de l’Energie, cabinet du Ministre de l’Aménagement du Territoire, SWL et trois départements SPW-TLPE (Logement, Aménagement du Territoire et Energie).

    b.    Le Comité de suivi budgétaire

    o Rôle de suivi des consommations budgétaires

    o Réunions au minimum deux fois par an

    Composition : cabinet du Ministre de tutelle, cabinet du Ministre-Président du Gouvernement wallon, cabinet du Ministre du Budget, l’Inspection des Finances et la CIF, SWL et SPW-TLPE - département du Logement.